LE DESTIN

Il est évident que l’homme ait des difficultés pour comprendre et accepter qu’il soit en majeur parti responsable de sa propre souffrance. Bien sûr il est indirectement responsable, puisqu’en réalité il ignore la véritable conception de la création et de lui-même. Et, pour son malheur, il subit à outrance la loi de rétribution qui régit le plan inférieur. Mais tant que celui-ci demeure enfermé en lui-même dans la sphère de la conscience du moi dualiste (individuelle et universelle), il est assujetti par le pouvoir obscurcissant de Dieu qui opère éternellement dans cette sphère destinée au règne animal, végétal, minéral et intersidéral. Ce pouvoir obscurcissant crée dans cet état de conscience intellectuelle, l’idée de l’existence individuelle. Cette croyance permet à la conscience de désir imparfait de l’ego universel d’asservir son esprit créateur (psychique) afin d’assouvir son règne parsemé de plaisirs, de convoitise, d’ambition, de cupidité, de souffrance et de mort.

Tous ces états de conscience sont inhérents à cette conscience imparfaite universelle mais, ils ne font en aucun cas partis de notre véritable identité, (en vérité nous sommes parfaits). Malheureusement dans cette sphère l’homme croit en leur réalité et subit à tort tous ces états de conscience inférieurs, c’est pourquoi il crée obligatoirement dans la partie relative de son psychique (Ame) un karma. C’est-à-dire des causes en fonction de ses perceptions du monde extérieur et de l’acceptation en lui-même des désirs concupiscents de cette conscience imparfaite universelle.

Ces éléments causals constituent puis développent dans sa conscience psychique une personnalité (ego) en corrélation avec la teneur de ces causes.

Les êtres qui édifient au cours de leurs vies antérieures une personnalité relativement forte, ne dépendent pas du code génétique de leurs nouveaux parents, ni de leur état de conscience psychique (ce que nous appelons l’hérédité).

Le pouvoir créateur de leur karma élabore un corps physique en fonction de la personnalité de leur corps psychique ou Ame relative. Leur conscience karmique n’a pas la nécessité de prendre des éléments créateurs dans le karma du père, de la mère, des frères ou des sœurs etc. De ce fait ils ne ressemblent en rien à l’ensemble de la famille. Ils se distinguent du noyau familial et poursuivent leur voie qu’ils ont déjà tracée au cours de leurs vies antérieures.

Il faut savoir que sur le plan psychique chaque individu est une conscience créatrice composée de différentes données positives et négatives, selon les propensions de la conscience universelle. Quel que soit l’endroit ou le milieu où il se réincarne, sa conscience psychique (ou inconscient) exprime ou provoque toutes les résultantes de son contenu. Puis, en même temps qu’il vit les expériences de toutes ces causes inscrites dans son inconscient, il prépare son nouveau karma (ou destin) pour ses prochaines vies, jusqu’au jour où il quitte en esprit la conscience des sens.

© Copyright Danielle Voinot 1995-2020 All rights of translation, adaptation and reproduction reserved for all countries.

 

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 08/06/2019